TRIBUNE LIBRE OCTOBRE 2013

Publié le par Philippe SEVERAC

QUELLE VILLE POUR DEMAIN ?

Au travers de ses propositions et de ses votes sur les projets présentés par la municipalité, FONSORBES CITOYENNETÉ a toujours affirmé la même volonté pour Fonsorbes, en faire :

- une ville à la croissance mesurée, ouverte à toutes les couches de la population et où chaque génération se sente bien. La mixité sociale dans les quartiers, les écoles, les associations est une richesse.

- une ville bien équipée en locaux scolaires élémentaires et secondaires et en structures de loisirs sportifs et culturels et où les associations sont soutenues.

- une ville aérée avec l’indispensable conservation des espaces verts encore existants. Ils sont les points de respiration et d’embellissement d’une ville.

- une ville où la circulation est facilitée et sécurisée quel que soit le mode de transport choisi. Le tout voiture peut être évité si l’on donne la priorité aux transports en commun (bus et covoiturage) et aux déplacements doux avec des pistes cyclables et des trottoirs aménagés. Cela passe aussi par des places de parking en centre ville et dans les immeubles collectifs.


Qu’en est il aujourd’hui ?

- la mixité sociale : Le Plan Local d’Urbanisme l’a prévu : dans tout nouveau projet immobilier, immeuble ou lotissement, 30% des logements doivent être réservés à du logement social. Cette règle n’est pourtant pas appliquée partout. Pourquoi ?

- les équipements collectifs : rien à dire aux niveaux scolaires et sportifs. Par contre au niveau culturel, quel déficit quand on voit les salles de spectacle de Plaisance, La Salvetat ou Léguevin. Nos finances ne nous permettent pas de telles installations.

- les espaces verts : L’urbanisation anarchique que Fonsorbes a connu dans les années 90/2000 n’a pas favorisé leur préservation. Alors pourquoi un immeuble de 18 appartements au bas du ch. Bénech sur un terrain bordé par la départementale et dont l’unique sortie se fera dans le virage du ch. Bénech ? Un petit parc aurait sûrement bonifié l’entrée de ville.

- les déplacements : trop de retard. Ils ne sont pas toujours faciles dans la ville pour les piétons et les cyclistes (ex : rte de Tarbes).

Et que dire des bus : Tisseo vient de créer une ligne de bus, la ligne 116, elle va de Tournefeuille à Saint Lys. Mais les bus ne s’arrêtent pas à Fonsorbes car la commune est la seule à ne pas être dans l’aire de l’agglo toulousaine pour les transports Tisséo. Et rien à espérer avant Septembre 2014 !

 

Quelles perspectives ?

Le nerf de la guerre, c’est l’argent et c’est ce qui manque.

Des choix financiers hasardeux et des investissements irréfléchis ont aggravé la situation. L’entrée tardive en intercommunalité n’y changera rien.

 

Pour le prochain mandat, le mot d’ordre devra être gestion plus rigoureuse si l’on ne veut pas voir s’aggraver la pression fiscale subie par les Fonsorbais.

Publié dans Tribunes Libres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article